C

Ce que j’ai fait de mars à juin 2020 (pas tout à fait ce que tu crois)

En cette année extra-ordinaire et disruptive (selon nos petits plans parfaits dans notre parfait petit cerveau) j’ai postulé pour deux formations renommées :

  • Serial Eyes, une formation européenne à l’écriture de séries d’une durée de 9 mois qui a lieu à Berlin. Formateurs de renoms, rencontres avec des diffuseurs tels que la BBC, tout ça, tout ça.
  • L’Atelier séries du CEEA, une formation de 3 mois, au conservatoire, une référence donc, à Paris.

Je les nomme « formations » mais peut-être est-ce une méprise. Ce serait davantage des « perfectionnements ». Mais ça, c’est ce que j’allais comprendre ensuite.

Je tue le suspens tout de suite, je n’ai été prise ni dans l’une, ni dans l’autre. Et c’est justement de ça dont je veux te parler. De ce que j’ai ressenti, de ce que j’en ai compris. Parce que les victoires c’est très chouette mais oh surprise ! elles sont souvent précédées de plein d’échecs !

Reprenons au début. Pourquoi ces formations là et pas d’autres ? Pourquoi maintenant ?

Serial Eyes est venue à moi comme sur un plateau (Bon, j’ai pas mangé tout le gâteau, mais c’est pas grave !). Depuis janvier, je fais partie de « La Horde », un collectif de 12 scénaristes et qui a été crée par l’association « L’Accroche scénaristes » de Lyon. Asso au top, by the way !

En quoi consiste ce collectif, qu’est ce qu’on y fait ? On reproduit ce qu’il se passe dans une writer’s room, c’est à dire de l’écriture de séries à plusieurs. Je n’avais pas eu la chance de me frotter à la série avant ça.

Les premières séances ont commencé avec une excellente formation de Celine Decoox, scénariste de séries et je te le donne en mille, ancienne élève de la formation Serial Eyes.

On mélange tout ça dans un shaker et ça donne une petite illumination pour moi ! : je veux écrire des séries. Pas des long-métrages, pas des courts non plus mais bien des séries.

Parce que ça me correspond davantage :

  • Je consomme des séries depuis l’enfance même quand c’était jugé ringard (hello la petite maison dans la prairie!).
  • J’aime le temps qu’il nous faut pour connaitre plus en profondeur les personnages, un épisode après l’autre. Un peu comme dans la vie, connaitre quelqu’un prend du temps.
  • J’aime la durée d’un épisode, 1h max. D’ailleurs le long-métrage que j’ai tenté d’écrire faisait 70 pages, pas 90 ou 120.
  • J’aime l’efficience qui se niche partout dans la série.
  • J’aime le mélange d’écriture solitaire et à plusieurs.

Mon illumination sous le bras, j’ai décidé de postuler à Serial Eyes. J’ai bien vu que le niveau demandé ne correspondait pas au mien mais j’y suis allé quand même. Voyez, l’envie surpasse tout le reste parfois. Et j’ai donné tout ce que j’avais… à ce moment là !

J’ai postulé pour deux formations renommées en écriture de séries.

Après avoir reçu la mail de refus, c’était les chutes du Niagara l’espace d’une soirée. Jolie image pour dire que j’ai chialé comme un bébé ! Ben oui, on a le droit de prendre les choses à coeur et de verser sa -petite- grosse larme !

J’ai laissé passé quelque jours et puis je me suis remise en selle pour la deuxième candidature au CEEA. Deuxième candidature, deuxième refus. Et étonnamment j’ai vécu celui là dans la neutralité. Une forme d’acceptation immédiate du chemin parcouru et de ce qu’il m’avait appris. Et my God ! j’en ai appris. J’ai produit en 2 mois ce que je n’avais jamais produit avant. J’ai d’ailleurs été grandement aidée dans cette entreprise par une belle âme (si tu passes par là, thanks 🙏).

Ce que je sais désormais et que je ne savais pas avant :

  • Écrire vite
  • Créer des concepts de séries et les développer
  • Écrire des pré-bibles de séries
  • Écrire en anglais
  • Quelles sont mes sujets obsessionnels en tant qu’autrice. Allez, soyons honnête, en tant qu’humaine !
  • Comment déposer son concept à e-dpo (oui ! c’est important!)
  • Mieux cerner les attentes de ce type de formations

Et ma plus grande leçon : Il n’y a pas qu’un chemin pour être scénariste et c’est ça qui est bon ! La perspective de me créer un chemin est fucking excitante ! Pardon, je m’emballe mais ça aussi on a le droit ! 😉

Ps : Le site s’est (encore) refait une beauté. La newsletter arrive bientôt. Parce que je sais pas si y en a des comme moi parmi vous, mais j’aime bien l’intimité des mails.

CategoriesBilans
  1. Pingback:1 an du site 🎂 ce que j’essaie de faire avec ce blog – Oraline Agnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *