C

Comment gagner de l’argent pendant qu’on travaille sur un projet artistique long ? Partie 1

Hey l’artiste ! Bienvenue par ici.

Je vois que tu as la même préoccupation que bon nombre d’entre nous petits êtres humains ! : comment gagner de l’argent ? Avec un petit supplément : comment gagner de l’argent pendant que je travaille sur un projet artistique « long » qui me rapporte pas un rond ? Et qui d’ailleurs ne m’en rapportera peut-être jamais… ou un peu, ou beaucoup.

Mais ça, ça n’est pas le plus important pour démarrer le projet. Loin de là. Le plus important c’est d’en avoir vraiment, vraiment, mais alors vraiment envie ! Sur une échelle de 1 à 10, combien t’en a envie ? À quel point avoir réalisé ce projet te satisferait ? Te rendrait fière ?

Es-tu à plus de 8 ? Alors tu es au bon endroit. Si ce n’est pas le cas alors c’est ok. Ce n’est simplement pas ta priorité. Ce le sera peut-être un jour, pas d’inquiétude tu as d’autres aventures à vivre. Ou bien à la fin de cet article ton 6 sera devenu un grand 8, 9 ou 10 ! Qui sait !

L’envie profonde est un facteur important et puis… il y a l’argent. Ou plutôt la croyance que quoi qu’il arrive tu pourras subvenir à tes besoins pendant que tu te plonges dans ton écriture. Mon souhait c’est qu’à la fin de cet article tu imagines que cela est possible pour toi. Et un cran au dessus, je souhaite que tous ces scénarios, ces livres qui n’existent que sous forme d’embryons puissent enfin se déployer à travers toi et ton unicité.

Rien de mieux qu’une histoire pour convaincre. Je vais faire simple et te raconter la mienne. Sous le prisme de l’argent donc, avec tout ce que ça comporte de transparence et de vulnérabilité.

Rapide contexte si tu tombes sur cet article sans me connaître : je suis Oraline, 33 ans au moment où j’écris ces lignes. Depuis 3 ans, je me forme au métier de scénariste et pratique l’écriture de séries tv.

2018

Tout d’abord j’ai pris la décision de m’engager à 100% dans la vie de scénariste en janvier 2018. Je venais de passer une année à travailler en tant que vidéaste indépendante dans un contexte génial. Des clientes que j’apprécie et qui apprécient mon travail à sa juste valeur, des voyages plus que sympathiques : Londres, New-York, Guadeloupe, you name it !

Mais… parce qu’il y a un mais, je sentais profondément que je ne faisais pas ce que j’avais le + envie de faire : écrire un scénario.

Ce projet me trottait dans la tête depuis un moment déjà. J’écris ceci pour exprimer à quel point Rome ne se fait pas en un jour et à quel point ce désir est en résonance avec mon parcours de vie. Le scénario a toujours été là. Depuis mes années en tant que monteuse vidéo, depuis la pièce de théâtre écrite lorsque j’avais 11 ans, depuis la nouvelle avec un protagoniste nommé Waikiki que je lisais à la classe après l’avoir écrite lorsque j’en avais 8. Mais je digresse !

J’ai profité d’une fin de contrat pour prendre une décision, un engagement : j’allais écrire un scénario de long-métrage. Tu remarqueras qu’il s’agit d’une décision précise. Elle n’était pas marquée dans le temps mais la destination, elle, était claire. Après cette décision tout s’est merveilleusement bien passé… Non, je déconne ! La décision ne suffit pas, évidemment, ça ne s’est pas passé comme ça.

J’avais du temps devant moi, du temps financier, aka pole emploi. En tant qu’indépendante je facturais via à une entreprise de portage salariale, et j’avais donc continué à cotiser comme n’importe quel salarié. En 2017, j’avais également travaillé en tant que cadreuse dans une chaine de télévision locale. Janvier 2018, me voilà donc intermittente au chômage, avec la ferme intention d’écrire un long-métrage.

Non seulement je n’ai pas écrit ou plutôt fini l’écriture de mon long en 2018 mais j’ai passé l’année à prendre un chemin de traverse. Parce que j’avais super peur en fait. Peur de ne plus avoir d’argent. Et certainement peur que mon long ne soit pas terrible. Et ce fut le cas. Pour être honnête, le premier projet artistique long que l’on écrit est le plus difficile à mes yeux. Tout est nouveau et ce premier projet sera forcément mauvais. Du moins, au début.

Revenons en à ma peur de l’argent. J’avais donc peur de ne avoir un rond et j’ai pensé que je devais me construire une base financière avant de me lancer entièrement dans l’écriture. J’ai passé beaucoup de temps, d’énergie, d’argent à développer mon auto-entreprise d’aide à la création vidéo. Why not me diras-tu. Mais dans le fond ça n’est pas ce que j’avais le + envie de faire. J’aurai pu utiliser toute ces ressources : temps, argent, énergie, à écrire, tout simplement. D’autant plus que cette envie moyenne donne un résultat financier bof bof.

Mon biz a vivoté. J’ai eu des clientes que j’appréciait, j’ai gagné de l’argent. Mais je n’étais pas totalement satisfaite parce qu’encore une fois je n’étais pas au bon endroit.

Puis est arrivé la fin de l’année et son traditionnel bilan. Je n’avais toujours pas écrit ce fameux long… Ouch ! Mon insatisfaction profonde à ce moment là m’a donné le coup de pied aux fesses dont j’avais besoin. J’ai de nouveau pris la décision, je me suis réengagée à finir ce long-métrage. Et cette fois c’était la bonne.

J’ai fini d’écrire le brouillon de ce long-métrage en janvier 2020. J’en ai d’ailleurs écrit un article. Ce brouillon était mauvais et je n’ai eu aucune envie de le reprendre. Il était là uniquement pour m’apprendre des choses. Il n’était pas là pour être un chef d’oeuvre ou même un produit exploitable.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là parce que mon vrai but c’était et c’est toujours de faire du métier de scénariste mon activité première, une activité qui me rapporte de l’argent. Pour les scénaristes, il ne s’agit pas d’un one-shot, il s’agit de « tenir » plusieurs années, le temps de monter suffisamment en compétences pour être « embauchable ». Il ne s’agit pas d’un projet artistique long mais de plusieurs.

Je résume pour 2018 :

Ainsi la prochaine fois je te parlerai de 2019 et 2020. À suivre …

N’hésite pas à me parler de ton expérience en commentaire ou en répondant à une newsletter. Ça m’intéresse à fond ! 😉

CategoriesÉtat d'esprit
  1. Pingback:Comment gagner de l’argent pendant qu’on travaille sur un projet artistique long ? Partie 2 – Oraline Agnes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *