L

Le « non » dont j’avais besoin

Assise en boule sur le canapé, je pleurais à chaude larmes. Comme si mon enfant intérieur refaisait surface, piquée au vif.

À ce moment là, j’avais quoi… 26, 27 ans peut-être. Une grande fille, comme tu le vois !

Mon compagnon s’étonne de me voir ainsi et me demande ce qu’il se passe…

Je lui explique entre deux sanglots qu’on m’a refusé un financement. Il s’étonne : « Ah, c’est pour ça que tu pleures ?! ».

Ce à quoi j’ajoute : « On m’avait dit, si on veut, on peut. On m’a mentit ! ». Oui, tu as le droit de rire ! Mais l’enfant en moi ne plaisantait pas du tout.

La réponse du Doudou ne s’est pas faite attendre : « Ok, mais personne ne t’as dit que ça allait être facile! ».

Euréka, Bim, Découverte ! 

On ne m’a pas dit que ça allait être facile, c’est vrai. C’est comme si j’avais cessé là mes enfantillages.

Attention, la tristesse est légitime évidemment, je ne la dénigre pas. Simplement j’ouvrais les yeux.

Ce « non », j’en avais besoin. C’était celui qui allait me convaincre de prendre ma responsabilité et de m’engager pleinement. Enchainer les « non », s’il le fallait.

Parce qu’un non n’est autre qu’un oui en attente.

Pas forcément de la même personne hein, j’entend bien ! Va pas harceler un producteur ! Simplement ce « non », c’est un bout du chemin qui te rapproche du « oui ».

Cela m’a pris encore quelques temps pour être totalement ok avec les « non ».

Encore une fois, cela ne veut pas dire que je ne ressens rien du tout. Je suis juste ok. Je me laisse traverser par les sentiments du moment et ça passe, souvent plus vite que je ne l’avais imaginé.

J’ai d’ailleurs créé une liste de mes échecs. Ou plus exactement de mes candidatures à des appels à projets, financements et autres opportunités.

C’est là que je me suis rendu compte que j’en avais fais moins que ce j’imaginais : une dizaine.

Va falloir mettre les bouchées double ma cocotte et enchainer les « nons » si tu veux avancer plus vite !

Bon, au milieu de tous ces « non », il ya des « oui ». Je les chérie.

Keep going ! Il y en aura d’autres ! 😉

With Love,

Oraline. 😘

Ps : J’ai déjà partagé cette vidéo il y a quelques années. Peut-être n’étais tu pas encore de la partie ou peut-être as-tu envie de la revoir. Il s’agit d’une interview de l’actrice Bryce Dallas Howard qui raconte notamment combien de refus elle a eu avant d’avoir son premier rôle. Spoiler alert : 47 !

CategoriesÉtat d'esprit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *